Clientèle ciblée 

 

Tout comme pour « Vin de Liège » et nous l’espérons avec le même succès (puisqu’ils sont régulièrement en rupture de stock), nous ciblons le marché local. Les Belges sont de grands consommateurs de vins et en importent beaucoup. Nous pensons que nos ventes feront (très légèrement) diminuer les importations (sauf si la consommation totale augmente plus fort que notre production).

 

Au vu des importantes importations de vin en Belgique, nous estimons que la demande nationale absorbe déjà (et continuera d'absorber) cette augmentation de production nationale.

 

Les prix de vente seront adaptés à la qualité des produits et les circuits courts nous permettent d’éviter les marges de nombreux intermédiaires.

 

Le modèle économique est pérenne et la rentabilité assurée après quelques années (le temps de planter et que les vignes commencent à fournir le raisin).

 

Valeurs de l'entreprise 

 

Celles-ci ont été discutées et approuvées en Conseil d'Administration :

  • RESPECT de l'environnement et des hommes

  • Alignement de tous les acteurs vers une VISION A LONG TERME

  • Produits (et production) de QUALITE

  • CONFIANCE (par la transparence et le partage de l'information)

  • Mise en valeur du TERROIR

 

Tout d’abord, la production d’un produit de QUALITE. Ensuite, un respect très scrupuleux de l’ENVIRONNEMENT : nous tendrons vers l’agriculture « bio » car nous désirons respecter l’air, notre sol, nos nappes phréatiques et notre planète dans sa globalité.

 

Respect aussi de TOUTES LES PARTIES PRENANTES afin de garantir une éthique sans faille et des relations de confiance à long terme.

 

Concurrence 

 

La Belgique a une longue tradition dans le vin. Une histoire souvent plus riche que nous ne le pensions. Il existe d'ailleurs plusieurs études historiques sur la culture de la vigne en Belgique dont l'une des plus connues est celle de Joseph HALKIN en 1895.

 

Des sites internet comme www.vignes.be décrivent le passé viticole belge. 

 

En Belgique, la culture de la vigne était répandue du 9e au 17e siècle avant de connaître un important déclin. Depuis quelques décennies, la viticulture est en train d’y regagner ses lettres de noblesse d’abord grâce à de nombreux vignerons amateurs et plus récemment par l’établissement de quelques vignobles professionnels.

Le nombre d’hectares plantés en vigne ne cesse d’augmenter et cette croissance ne risque pas de s'arrêter. Il existe actuellement un nouvel intérêt pour ce genre de produit et cette agriculture.

 

Aujourd’hui, 4 appellations contrôlées coexistent en Wallonie :

  • Côte de Sambre et Meuse,

  • Vin de pays des jardins de Wallonie,

  • Crémant de Wallonie et

  • Vin mousseux de qualité de Wallonie.

 

La Belgique compte déjà de nombreux domaines viticoles. La Province de Liège en avait recensé 19 dans son document "La Route du Vin".

Depuis lors, la liste s'est allongée puisque le site internet de la Province de Liège (à l’adresse ci-dessous) dénombre aujourd'hui 23 vignobles dans la Province.

http://www.liegetourisme.be/fr/savourer/4-routes-des-saveurs/route-du-vin/producteurs-vins.html

 

A l'échelle de la Wallonie et en reprenant les données du site internet de l'Association des Vignerons de Wallonie (www.vigneronsdewallonie.be), 32 membres sont recensés.

 

Nous avons réalisé une étude comparative des prix des vins produits dans des exploitations de notre gabarit.  Nous allons nous positionner un peu en deçà de la moyenne. Le tableau est disponible sur demande.

Vin de Liège : l'exemple que nous aimerions suivre.

 

Avec plus de 16 hectares de vignes, Vin de Liège devient un des plus grands domaines viticoles wallons. Cette coopérative compte plus de 2 000 coopérateurs et la rapidité avec laquelle la dernière augmentation de capital fut réalisée, est la preuve de leur professionnalisme et du soutien de leurs coopérateurs.

 

De nombreux coopérateurs de Vin de Liège sont bien sûr devenus coopérateurs de Vin du Pays de Herve. Le 8 février 2018, Vin de Liège a publié auprès de ses coopérateurs un message clarifiant les relations entre les 2 coopératives. Ce message (qui est toujours présent dans l’espace « coopérateurs » de leur site internet) a suscité plus d’une quinzaine de commentaires de soutien et nous a permis d’acceuillir quelques coopérateurs supplémentaires.

 

www.vindeliege.be

Une coopérative à finalité sociale

 

Il s’agit d’un nouveau patrimoine pour le Pays de Herve et nous avons décidé que ce serait un patrimoine collectif, un patrimoine lié au terroir et qui ne pourra pas être délocalisé. Le Pays de Herve, après le fromage, le sirop, la bière ou le cidre, va pouvoir ajouter le vin à sa table. Des initiatives individuelles existaient mais pas encore d’initiative collective dans ce secteur et dans le Pays de Herve.

 

Notre coopérative a inscrit dans ses valeurs et ses statuts le partage de l’information et des savoirs, ce qui sera bénéfique à la collectivité. Dès qu’elle sera en mesure de former et de recruter du personnel, nous nous adresserons aux CPAS afin de savoir s’ils ont des personnes à réintégrer dans le monde du travail (article 60). Nous comptons prendre une place active dans l’échange d’informations au sein de l’Association des Vignerons de Wallonie.

 

Il s’agit d’une nouvelle activité qui applique les principes de développement durable (gestion des déchets, zéro pollution, respect du patrimoine naturel, ….). Nous ne travaillons qu’avec des produits agréés par l’agriculture biologique.

 

Nous désirons promouvoir l’économie sociale, en soutenant (ou parfois initiant) des projets, des échanges ou des réseaux de type social, économique, culturel, environnemental, d'insertion professionnelle ou d'éducation permanente. Nous soutenons, par exemple, avec la Coopérative « Les Compagnons de la Terre », un appel à projet lancé par la Région Wallonne auquel le SUSA (Service Universitaire Spécialisé en Autisme – www.susa.be) vient de soumettre une candidature.

Afin d’enrichir non seulement la transparence mais aussi la cohésion et le sentiment d’appartenance de ses coopérateurs, Vin du Pays de Herve a créé 4 groupes de travail qui se réunissent régulièrement : Vignes, Chai, Finance et Communication.

Le chai

 

Pour la construction du chai, nous travaillons avec un consultant spécialisé : Eric Moreau (société PEIC basée à Bieujac, près de Bordeaux).

 

Monsieur Moreau est un œnologue formé à Reims. Depuis 20 ans, il conçoit des installations complètes dans le milieu vinicole et agro alimentaire. Il a déjà travaillé avec satisfaction pour plusieurs clients en Belgique :

  • Vin de Liège

  • Domaine W (à Saintes)

  • Domaine du Rieu Amant ( Saint – Ghislain)

  • Domaine Pierre Dohy (Marche – les-Dames)

  • Domaine Balduick (Glabais)

 

Sa mission consiste à proposer des solutions permettant l’optimisation du site de production dans un but d’obtenir la meilleure qualité et organisation pour:

- vin rouge,. Vin blanc. Méthode champenoise,

- réception de vendanges,

- cuverie,

- stockage bouteilles,

- habillage,

- mise en bouteille,

- remuage,

- dégorgement,

- hangar et bâtiment viti,

- locaux sociaux,

- réception clients,

- intégration dans le site, …

 

Il établira un schéma directeur qui formalisera avec nous le cahier des charges et le dimensionnement du projet afin d’établir les premières propositions. Ces différentes données feront l’objet d’estimations budgétaires afin d’effectuer un premier choix sur :

  • le choix technique,

  • la faisabilité financière en corrélation avec le projet chiffré,

  • la taille du projet,

  • le type de réalisation.

 

La solution retenue sera détaillée :

  • les plans

    • détaillés au 100e,

    • vues en plan, en coupe,

  • budget prévisionnel,

  • planning prévisionnel études et phasages travaux.

 

Son expérience nous indique déjà des prix indicatifs pour la construction d’un chai pouvant vinifier 10 hectares de vignes. Au niveau le plus bas, il faudrait construire un chai de 500 m2 à 1 000 euros/m2 et prévoir environ 300 000 euros d’équipement. Ceci nous donne une enveloppe de 800 000 euros. Suivant le type de terrain et suivant nos besoins, le haut de la fourchette peut monter à 700 m2 et 1500 euros/m2. Avec le même niveau d’équipement, nous atteignons le budget de 1 050 000 euros.

 

Nous pensons donc qu’un projet de 1 000 000 d’euros est une bonne évaluation.

 

Nous avons également une vue détaillée des investissements réalisés par Vin de Liège. Ils ont, en 2018 (quatre ans après la construction de son chai), dépassé le million d’euros d’investissement. Nous commencerons modestement et nous adapterons nos investissements à nos moyens.

Hypothèses utilisées dans ce plan financier 

 

Ce plan se veut réaliste et, sur certains points, conservateur. Commençons par le rendement par hectare : la plupart des domaines viticoles belges ont environ 5 000 pieds de vigne par hectare. Cette densité de plantation détermine un rendement d'environ 50 hectolitres par hectare.

 

C'est une approche mixte entre l'approche « terroir » et l'approche « production » (décrite par ROUZET et SEGUIN dans son livre « Management de l’entreprise vitivinicole – Pratiques et outils » (2004), p 192-193). L’approche terroir considère que sur certains sols vivants et naturels (« les grands terroirs »), on peut «produire un raisin particulièrement concentré et typé» au prix d’un faible rendement au pied. L’approche terroir correspond donc à un rendement au pied de 0,3 litre, à une densité de 10 000 pieds/ha et à un rendement de 30 hectolitres par ha.

L’approche production envisage le potentiel viticole comme « une aptitude à produire une quantité régulière de raisin de qualité naturelle constante ». Elle correspond à un rendement au pied de 4 litres, à une densité de 3 000 pieds/ha et à un rendement de 120 hectolitres par ha. Nous privilégions une « approche mixte » qui correspond à un rendement au pied de 1 litre, à une densité de 5 000 pieds/ha et à un rendement de 50 hectolitres par ha.

 

Etant donné le jeune âge de nos vignes, nous avons tablé sur un rendement de 40 hectolitres par hectare. Nous espérons dans le futur le faire évoluer vers 50 hectolitres par hectare.

 

Nous n’avons bien sûr considéré aucune production durant les 2 premiers exercices et nous avons pris en considération un rendement de 50 % en année 3 (vendange de 50 % en septembre 2020). Le raisin vendangé en 2020 sera mis en vente en 2021.

Afin de prendre en compte les aléas de la météo et d'être assez conservateur dans ce plan, nous avons limité le rendement à 70 % pour les huit années. Nous pouvons donc dans ce plan imaginer une perte de 30 % de la production (gelée tardive, sècheresse, ....). Si nous arrivons à dépasser cette marge de sécurité, ce sera un gain supplémentaire pour notre coopérative.

 

Même si la gamme future de vins sera assez large (plusieurs vins de plusieurs catégories), nous nous concentrons dans ce plan d'affaires sur 3 catégories : vin mousseux, vin blanc et vin rouge. Voici les pourcentages de production dans ces 3 catégories : 

  • vin mousseux : 20%

  • vin blanc : 60%

  • vin rouge : 20%

 

Nous avons enfin émis l'hypothèse que la première année de vente de vin rouge est une année de rosé. En effet, si la maturité du raisin rouge n'est pas acquise à la fois dans sa pulpe et dans sa peau, il est impossible de laisser la peau trop longtemps avec la pulpe et cela donne du vin rosé.

 

Nous pouvons vraisemblablement penser que la coopérative recevra dans le futur un revenu de la location de son chai pour des événements. Nous n'en avons pas tenu  compte dans ces prévisions.

 

Finalement, vous remarquerez un chiffre d'affaires dès la première année. Il s'agit de la facturation de notre ouvrier vigneron au Château de Berlieren pour l'entretien de leurs vignes. En effet, certains propriétaires voudraient nous accompagner dans notre démarche (et développer leur petit vignoble). Loin d'imaginer que nous pourrions devenir un jour concurrents, tout comme Vin de Liège le fait avec nous, nous avons décidé de soutenir ces initiatives locales.

 

Il est vraisemblable que nous ne nous arrêtions pas à 10 ha de vignes. Le dimensionnement initial du chai sera fait pour une production de 10 ha mais nous comptons prévoir des extensions possibles pour ce chai.

 

Enfin, comme niveau de sécurité supplémentaire, afin de pouvoir faire face à une année de très mauvaise récolte (dont l'impact est évalué à environ 100 000 euros), nous avons prévu dans ce plan financier de rester avec un niveau de trésorerie toujours supérieur à 100 000 euros.

Cette mesure nous permet de passer le cap d’un « crash test » avec une année sans la moindre récolte, et ce malgré une sous-évaluation du rendement de 50 à 40 hl/ha et d’une évaluation d’une production effective de 70 % durant les huit années étudiées.

Si vous désirez une copie de ce plan d'affaires (qui reprend plus de détails) , veuillez nous contacter et nous donner votre adresse mail.

Le label Financité & FairFin a été octroyé aux parts du Vin du Pays de Herve.

MENTIONS LEGALES

Tout investissement comporte un risque, notamment celui de perte totale ou partielle du montant investit. L'instrument offert est une action.

En cas de plainte, vous pouvez vous adresser à

Vin du Pays de Herve SCRLFS,

11 Sur le Try

4650 HERVE

Si vous n'obtenez pas satisfaction, contactez l'Ombudsman en conflits financier,  North Gate II, Boulevard du Roi Albert II, 8 bte 2 à 1000 BRUXELLES (www.ombudsfin.be)

Capture d’écran 2017-11-08 à 11.18.51.pn
Capture d’écran 2018-02-21 à 17.14.17.pn
Capture d’écran 2018-02-21 à 17.14.58.pn
Capture d’écran 2019-01-27 à 10.08.28.pn
Capture d’écran 2019-07-31 à 09.40.10.pn